CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
  • Être rappelé
    Être rappelé
  • Nous écrire
    Nous écrire
  • Haut de page
    Haut de page

Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Types de cookies et finalités

  • Cookies de session (nécessaires) : servent à conserver vos données de navigation pendant la durée de votre visite
  • Cookies statistiques : collectent des données anonymes relatives à votre utilisation du site internet à des fins d'analyse et d'amélioration
  • Cookies publicitaires : collectent des données relatives à vos préférences, au travers de votre navigation sur ce site et d'autres sites, de manière à vous proposer du contenu publicitaire adapté.

Droit d'opposition et consentement

Vous pouvez vous opposer à la création de cookies qui ne sont pas nécessaires à la navigation, en paramétrant vos préférences. La poursuite de la navigation sur ce site vaut votre accord. Vous pourrez à tout moment revenir sur vos préférences en cliquant sur le lien "Préférences de navigation" présent en pied de page.

Protection des données personnelles

Nous attachons une importance particulière à la protection de vos données personnelles. Consultez notre Notice de protection des données.

Gel des pensions de retraite complémentaire AGIRC ARRCO

Publié : Le 11 mars 2014, par Christophe de Petiville
Les conseils d'administration de l'Agirc et de l'Arrco, qui gèrent les régimes de retraite complémentaires des salariés du privé, devraient décider aujourd'hui de ne pas revaloriser les pensions des retraités. Un coup dur qui s'ajoute au gel de la revalorisation de la retraite de base.

Une baisse de pouvoir d'achat pour 12 millions de retraités

Les retraites complémentaires représentent près de la moitié de la pension pour un cadre, une absence de revalorisation implique donc un phénomène d'errosion monétaire pour la moitié de leurs revenus.

En effet, la traditionnelle revalorisation des pensions, qui intervient le 1er avril de chaque année, a pour objectif de maintenir le pouvoir d'achat des retraités, face à l'augmentation générale du coût de la vie.

Comment fonctionnent les revalorisations ?

En principe, les caisses Agirc et Arrco se basent sur les prévisions d'inflation fournies par la loi de financement de la Sécurité Sociale, c'est à dire 1,3 % pour 2014. Cependant, les partenaires sociaux gérant les régimes, sont tombés d'accord en mars 2013, pour diminuer ce taux de revalorisation de 1 %, au moins jusqu'en 2015, pour endiguer la disparition des réserves. À cette mesure s'ajoute un rattrapage sur le « trop versé » de l'année précédente, ce qui nous amène très logiquement à +0 %. À quand la revalorisation négative pure et dure ?

Pour les gestionnaires, cette situation, jamais vue depuis 20 ans, risque de se répéter dans les prochaines années, car l'équilibre des comptes et les réserves des caisses sont gravement menacés durablement par le déséquilibre démographique.

Réagir à cet article

Ribery Le 14 mars 2014 :

Que l'on nous rende nos cotisations,nous pouvons les gérer nous mêmes!si nos placements ne sont plus garantis,que l'on change le systéme car cela devient un marché de dupes.
coda Le 11 mars 2014 :

lamentable retraites complementaire et les regime spciaux on ni touche pas et les deputes senateur et le rsa augmentefonctionaires feneant

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.

Appeler
Envoyer un email