CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
  • Être rappelé
    Être rappelé
  • Nous écrire
    Nous écrire
  • Haut de page
    Haut de page

Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Types de cookies et finalités

  • Cookies de session (nécessaires) : servent à conserver vos données de navigation pendant la durée de votre visite
  • Cookies statistiques : collectent des données anonymes relatives à votre utilisation du site internet à des fins d'analyse et d'amélioration
  • Cookies publicitaires : collectent des données relatives à vos préférences, au travers de votre navigation sur ce site et d'autres sites, de manière à vous proposer du contenu publicitaire adapté.

Droit d'opposition et consentement

Vous pouvez vous opposer à la création de cookies qui ne sont pas nécessaires à la navigation, en paramétrant vos préférences. La poursuite de la navigation sur ce site vaut votre accord. Vous pourrez à tout moment revenir sur vos préférences en cliquant sur le lien "Préférences de navigation" présent en pied de page.

Protection des données personnelles

Nous attachons une importance particulière à la protection de vos données personnelles. Consultez notre Notice de protection des données.

Le taux de chômage atteint des sommets

Publié : Le 3 décembre 2015, par Christophe de Petiville
Le pari de François Hollande, d'inverser la courbe du chômage, semble désormais bel et bien hors d'atteinte. Après la légère baisse du nombre de demandeurs d'emploi au mois de Septembre, les chiffres du mois d'octobre tombent comme un couperet. La France n'a jamais compté autant de chômeurs depuis près de 20 ans.

10,6 % de la population active est au chômage

D'après les chiffres publiés par l'Organisation Internationale du Travail, 10,6 % de la population active est actuellement au chômage, ce qui représente le pire recensement depuis 1997. Ce chiffre inclut les DOM TOM, mais sur la seule Métropole, celui-ci s'élève tout de même à 10,2 %.

Parmi les populations les plus vulnérables, toujours les deux extrémités de la masse des actifs : les jeunes et les seniors. Les nouveaux entrants sur le marché du travail qui peinent à trouver leur place ont en effet progressé de 0,8 %, tandis que les 50 ans et plus accusaient une hausse un peu plus faible à 0,5 %.

Pourquoi les contrats « précaires » progressent-ils ?

Le travail temporaire progresse dans le même temps, puisque le nombre de CDD et d'intérimaires a de nouveau augmenté de 0,6 %, au détriment du CDI. Alors pourquoi les entreprises privilégient-elles plus les contrats courts ? Les cycles économiques se sont-ils à ce point raccourcis que notre sacro-saint CDI ne soit plus adapté à leur réalité ? En temps normal, la hausse des contrats courts est supposée être un signal de reprise économique, annonciatrice d'un regain de vigueur des CDI. Pourtant, force est de constater que depuis quelques années, le chômage progresse de manière quasi discontinue. Faut-il y voir l'obsolescence de notre modèle traditionnel et l'opportunité de réformer en profondeur notre code du travail ? Pour les organisations patronales, c'est une évidence.

Réagir à cet article

Soyez le premier à réagir !

Poster
Appeler
Envoyer un email