CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
  • Être rappelé
    Être rappelé
  • Nous écrire
    Nous écrire
  • Haut de page
    Haut de page

Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Types de cookies et finalités

  • Cookies de session (nécessaires) : servent à conserver vos données de navigation pendant la durée de votre visite
  • Cookies statistiques : collectent des données anonymes relatives à votre utilisation du site internet à des fins d'analyse et d'amélioration
  • Cookies publicitaires : collectent des données relatives à vos préférences, au travers de votre navigation sur ce site et d'autres sites, de manière à vous proposer du contenu publicitaire adapté.

Droit d'opposition et consentement

Vous pouvez vous opposer à la création de cookies qui ne sont pas nécessaires à la navigation, en paramétrant vos préférences. La poursuite de la navigation sur ce site vaut votre accord. Vous pourrez à tout moment revenir sur vos préférences en cliquant sur le lien "Préférences de navigation" présent en pied de page.

Protection des données personnelles

Nous attachons une importance particulière à la protection de vos données personnelles. Consultez notre Notice de protection des données.

Le chômage en forte baisse au mois de mars

Publié : Le 27 avril 2016, par Christophe de Petiville
C'est la baisse la plus importante constatée depuis près de 16 ans, avec 60000 demandeurs d'emploi en moins inscrits dans la catégorie A auprès du Pôle Emploi. Peut-on y voir un signal favorable de croissance ? Si les réactions sont plutôt mitigées de part et d'autre, cela reste un excellent signal pour l'économie.

Peut-on parler d'inversion de la courbe du chômage ?

Cette baisse record du nombre de personnes à la recherche d'un emploi ne concerne que les chômeurs de la catégorie A, c'est à dire ceux qui n'ont pas du tout travaillé au cours du mois écoulé. Une partie de ces demandeurs d'emploi a été redistribué sur les catégories B et C (ceux qui ont un peu travaillé au cours du mois précédent), et une autre partie de ces 60000 personnes a été tout simplement radiée des listes.

Attention à ne pas pour autant avoir un regard trop pessimiste sur le chiffre, car ces redistributions existent bel et bien chaque mois, et ne sont pas particulièrement plus importantes qu'à l'accoutumée. Le chiffre que l'on regarde à chaque fois et que l'on admet comme signal économique est bien celui des chômeurs de catégorie A. C'est donc pour le moment un signal très positif, d'autant que les jeunes ont bien profité de cette amélioration (-1,7%).

Il faudra pour autant attendre la statistique officielle de l'INSEE à la fin du trimestre, pour réellement savoir ce qu'il en est, car ces données du Pôle Emploi ne sont pas des statistiques à proprement parler, mais des données brutes, qui ne permettent pas réellement d'extrapoler une tendance de moyen ou long terme.

Un signal positif de plus pour l'économie

Si on ne peut réellement s'appuyer sur cette seule communication pour déterminer si oui ou non nous en avons terminé avec cette crise, on ne peut s'empêcher de noter que beaucoup de signaux sont aujourd'hui très positifs. Nous avons notamment l'INSEE qui prédit que nous renouerons avec la croissance cette année, à 1,5 %, le chômage en baisse (d'après le chiffre évoqué précédemment), un carnet de commandes qui se garnit (récemment sur une belle commande d'avions de guerre Rafale, ou encore mieux : sur la commande record des sous-marins australiens signée cette semaine).

S'il est vrai qu'il ne faut pas crier victoire trop vite, et qu'il faut que ces signaux positifs s'inscrivent dans la durée, il ne faut pas moins nier qu'ils sont là, et regagner en optimisme, car ce n'est qu'à cette condition essentielle que la croissance reviendra pour de bon.

Réagir à cet article

Soyez le premier à réagir !

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.

Appeler
Envoyer un email