CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
  • Être rappelé
    Être rappelé
  • Nous écrire
    Nous écrire
  • Haut de page
    Haut de page

Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Types de cookies et finalités

  • Cookies de session (nécessaires) : servent à conserver vos données de navigation pendant la durée de votre visite
  • Cookies statistiques : collectent des données anonymes relatives à votre utilisation du site internet à des fins d'analyse et d'amélioration
  • Cookies publicitaires : collectent des données relatives à vos préférences, au travers de votre navigation sur ce site et d'autres sites, de manière à vous proposer du contenu publicitaire adapté.

Droit d'opposition et consentement

Vous pouvez vous opposer à la création de cookies qui ne sont pas nécessaires à la navigation, en paramétrant vos préférences. La poursuite de la navigation sur ce site vaut votre accord. Vous pourrez à tout moment revenir sur vos préférences en cliquant sur le lien "Préférences de navigation" présent en pied de page.

Protection des données personnelles

Nous attachons une importance particulière à la protection de vos données personnelles. Consultez notre Notice de protection des données.

Hausse des consultations chez le médecin généraliste

Publié : Le 22 août 2016, par Romain Catheline
Libération, La Croix, Le Figaro, Cnom
Suite aux négociations entre l'Assurance-maladie et les syndicats de médecins, la consultation chez un généraliste sera de 25€ au 1er mai 2017. Cependant, d'autres tarifs évoluent également !

Un tarif non révisé depuis 2011

La consultation à 23€ est finalement restée en vigueur 5 ans malgré la forte demande des médecins généralistes pour une révision plus en adéquation avec leur homologue européen. L'accord avec l'Assurance-maladie vient toutefois d'être signé, malgré la toute juste majorité chez certains syndicats de médecins. Le texte ne résout pas, bien entendu, toutes les difficultés du métier et n'efface pas, pour certains praticiens, l'affront de Marisol Touraine, Ministre de la Santé, qui, depuis quatre ans, mène des réformes impopulaires (mise en place du tiers-payant) au sein de la profession, expliquant ainsi cette manque d'engouement.

Revaloriser le travail des médecins libéraux

Face à la grogne des médecins, l'Assurance-maladie a concédé une revalorisation du tarif de la consultation mais a également échelonné ces consultations ; il y aura donc plusieurs tarifs de consultation. En effet, si la base est fixée à 25€, on note que selon la complexité des actes, définie en 4 étages, les tarifs diffèrent. Aussi, le deuxième grade concernant le renvoi du médecin traitant vers une spécialiste passera de 28 à 30€, tout comme la consultation des enfants de moins de 6 ans jusqu'ici tarifée à 28€ sera de 30€ en juillet 2017. Au troisième grade avec 46€ de tarif de consultation, il s'agit de valoriser les actes complexes comme le dépistage d'un mélanome. Cette liste reste actuellement non exhaustive. Enfin, les consultations initiales d'information ou les consultations définissant la stratégie de thérapeutique pour les patients atteints de cancer ou de pathologie neurologique grave seront fixées à 60€. Les tarifs de ces deux derniers grades entreront en vigueur en novembre 2017.
L'objectif de l'Assurance-maladie est de soutenir l'activité des médecins libéraux mais également d'apporter une meilleure qualité de médecine aux assurés, en reconnaissant que certains actes nécessitent plus de temps de consultation et de complexité de traitement que d'autres.

Encourager le choix des jeunes médecins

Face aux alertes répétées du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) sur le manque futur de médecins, estimé à moins 12% à l'horizon 2020, l'Assurance-maladie souhaite lutter contre les déserts médicaux en proposant une aide de 50.000€ pour toute installation en groupe dans ces zones sinistrées. Il convient aux médecins de respecter un engagement de 3 ans.
Consciente que les jeunes médecins ne souhaitent pas être accaparés par leur vie professionnelle comme peuvent l'être leurs ainés, et notamment dans les campagnes, l'Assurance-maladie souhaite convaincre le plus grand nombre pour que chaque médecin puisse bénéficier d'un rythme de travail décent, laissant place à la vie de famille et à l'exercice d'une médecine qualitative. Malgré ces mesures, le défi reste toutefois de taille.

Le coût de ces mesures pour l'Assurance-maladie s'élève à près d'un milliard par an (960 millions d'euros). Egalement, les remboursements des mutuelles envers les assurés devraient s'accroître de 400 millions d'euros. Mais qui paiera la note finale ?

Réagir à cet article

Soyez le premier à réagir !

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.

Appeler
Envoyer un email