CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
  • Être rappelé
    Être rappelé
  • Nous écrire
    Nous écrire
  • Haut de page
    Haut de page

Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Types de cookies et finalités

  • Cookies de session (nécessaires) : servent à conserver vos données de navigation pendant la durée de votre visite
  • Cookies statistiques : collectent des données anonymes relatives à votre utilisation du site internet à des fins d'analyse et d'amélioration
  • Cookies publicitaires : collectent des données relatives à vos préférences, au travers de votre navigation sur ce site et d'autres sites, de manière à vous proposer du contenu publicitaire adapté.

Droit d'opposition et consentement

Vous pouvez vous opposer à la création de cookies qui ne sont pas nécessaires à la navigation, en paramétrant vos préférences. La poursuite de la navigation sur ce site vaut votre accord. Vous pourrez à tout moment revenir sur vos préférences en cliquant sur le lien "Préférences de navigation" présent en pied de page.

Protection des données personnelles

Nous attachons une importance particulière à la protection de vos données personnelles. Consultez notre Notice de protection des données.

Les pensions de réversion : chantier pour 2019

Publié : Lundi 2 juillet, par Romain Catheline
RTL, 20 minutes, Service-public.fr, Freeimages (Pierre Amerlynck)
Edouard Philippe rappelle de nouveau ce matin au micro de la station de radio RTL qu'il n'y aura pas de remise en cause des pensions de réversion mais concède une réflexion avec les partenaires concernés pour une réforme l'an prochain.

Qu'est ce qu'une pension de réversion ?

Le principe de la pension de réversion a été initié au profit des femmes des agents de la fonction publique. Cette réversion en cas de décès du fonctionnaire, instaurée dès la moitié du XIXe siècle, constituait ainsi un avantage dans le cadre de la protection de la famille du défunt au titre du service rendu à la Nation. Rappelons en effet, qu'à cette époque, le taux d'employabilité des femmes était presque nulle. Le système de réversion s'est ensuite démocratisé après la Seconde Guerre mondiale pour concerner les affiliés au régime général, y compris les hommes. Rapidement, des conditions de ressources sont venus s'adosser pour l'éligibilité à percevoir cette réversion, dans le but d'assurer des ressources au veufs et veuves les plus démunis.

Qui sont les bénéficiaires des pensions de réversion ?

Le bénéficiaire d'une pension doit en faire la demande auprès du régime général assurant la retraite de base mais également auprès des caisses de retraite complémentaire telles que l'Agirc-Arrco. Le bénéficiaire doit avoir été marié et âgé de plus de 55 ans pour prétendre à cette réversion. L'âge du cotisant décédé n'entre pas en considération pour l'octroi de celle-ci. En ce qui concerne les régimes complémentaires, l'âge minimum du bénéficiaire est également une critère d'attribution pour l'Arrco, fixé à 55 ans, ainsi que pour l'Agirc, relevant l'age à 60 ans. Les deux régimes devrait s'harmoniser à 55 ans dans les mois à venir.

Quels sont les montants ?

Le montant reversé est différent d'une caisse de retraite à l'autre. Le régime général verse 54% du montant de retraite de base au conjoint survivant mais ce versement est soumis à une condition de ressources du bénéficiaire ou de son nouveau couple (20 550€ pour une personne seule et 32 880€ pour un couple). En ce qui concerne la pension de réversion des caisses de retraites complémentaires Agirc-Arrco, cette dernière est fixée à 60% des droits acquis et n'est pas soumise à conditions de ressources. En revanche, d'après les règles de ces caisses complémentaires, le fait de se remarier annule le versement de la pension, ce qui n'est pas le cas pour la réversion de la retraite de base.

Les mesures pour 2019

Les retraités s'inquiètent des annonces du gouvernement sur les modalités d'attribution de la pension de réversion, qui concerne près d'un quart des retraités.
Dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement martèle le besoin d'équité sociale en matière d'acquisition de retraite. L'exécutif reste sur la droite ligne qu'un euro cotisé doit générer les mêmes droit à la retraite. De ce fait, il justifie son intervention légitime sur les pensions de réversion. La réversion toutes caisses confondus concerne aujourd'hui 4,4 millions de personnes dont 89% de femmes. Il est à noter qu'un million de bénéficiaires n'ont aucune pension personnelle ; cette réversion constitue donc l'unique source de revenus.
Le gouvernement a tenu à rassurer sur l'hypothèse d'une suppression progressive de la réversion mais il n'est pas exclu que les futurs retraités soient concernés par de nouvelles conditions d'éligibilité. Bruno Le Maire, actuel Ministre des de l'Economie et des Finances a souligné les nécessité d'une révision de ces pensions afin d'être plus « justes et plus efficaces ».

Le sujet est donc épineux et inquiète les retraités et futurs retraités sur l'éventualité d'une nouvelle réduction de leurs droits. L'agenda fixé par le gouvernement nous amènera donc en 2019 pour la poursuite des débats, promettant d'être passionnés.

Réagir à cet article

Martine Mercredi 5 décembre :

Qui va payer les maisons de retraite nos enfants nous avons besoin des retraites de réversion pour le dernier survivant qui aura besoin d aide comme d habitude on assassine les retraités
Pinon Lundi 3 décembre :


Lit- il au moins nos commantaires ?
Si oui honte à vous Emmanuel Macron !
furfaro dahlia Jeudi 29 novembre :

pourquoi paye t'on des présidents à vie et 1er ministre à vie avec tous les privilèges qu'ils ont et on supprime la reversion à nos ainés; c'est une honte, honte à vous monsieur macron
Tomasi Mercredi 28 novembre :

Nos élites ont-ils pensés aux prix des maisons de retraités!! Les réversions sont t des droits basés sur le fruit du travail et la solidarité. Laissons les retraités finir leur parcours dignement et prière d’enlever ces pistes d’angoisse. Il existe bien d’autres pistes de réflexion. Merci de faire remonter. A Tomasi

Léonie Lundi 26 novembre :

De mieux en mieux pour la réversion. pour ma part j'ai élevé 4 enfants dont j'ai été arrêté à peu près une dizaine d'années actuellement je ne me pose pas la question mon ex-mari est toujours de ce monde et tant mieux mais moi j'ai une petite retraite de 800 € car j'ai eu une vie hachuré en élevant mes enfants.
si un jour je devrais toucher la reversion je souhaite pas comme eux la diminue car je pense ayant élevé 4 enfants c'est pas facile et c'est un droit.
Annie PELLETIER Vendredi 23 novembre :

Bonjour,
Supprimer la reversion au conjoint survivant c'est aussi l'assassiner puisqu'il n'aura plus de moyens de survie.
Archenault Mercredi 21 novembre :

Bonjour j ai lu l information du président c est pas normal de supprimer 25% il s agit des droits acquis les années antérieures ou pour2019
ZHITI Vendredi 26 octobre :

Bonjour,
Je trouve que la réversion pour l'ex-époux(se) est un non sens et devrait être supprimé. Ce droit doit être à 100% pour l'actuel(le) époux(se).
Merci

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.

Appeler
Envoyer un email