CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
menu
Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Souscrire une prévoyance professionnelle est de plus en plus simple

Publié : Le 18 décembre 2018, par Christophe de Petiville
Image freeimages.com
Les garanties offertes par votre régime obligatoire, ou par la Sécurité Sociale des Indépendants si vous êtes artisan commerçant, sont très insuffisantes pour couvrir vos revenus en cas d'arrêt de travail. Aujourd'hui, il est de plus en plus simple de s'assurer.

La signature électronique

De nombreux assureurs proposent désormais à leurs futurs assurés la souscription dématérialisée. Votre conseiller vous ouvre un accès sécurisé pour relire les pièces précontractuelles sur votre ordinateur, pour déclarer votre état de santé, et signer électroniquement votre demande d'adhésion, par l'utilisation d'un simple code SMS. La plupart du temps, le certificat d'adhésion est disponible immédiatement.

Des formalités médicales ultra simplifiées, voire pas de formalités

La reprise à la concurrence

Certains acteurs proposent depuis maintenant plusieurs années un mécanisme de reprise à la concurrence. Ce dernier permet, à condition de s'assurer sur les mêmes bases de revenus que chez votre assureur tenant, de n'accomplir aucune formalité médicale pour adhérer. Cela vous permet, notamment si vous avez déjà eu un sinistre, de ne plus rester bloqué chez votre assureur tenant pendant des années, à la merci de sa politique tarifaire.

Les questionnaires ultra simplifiés

D'autres, encore plus innovants, proposent des formalités médicales ultra simplifiées (5 questions seulement au questionnaire de santé), fini les fastidieuses déclarations et examens médicaux. Bien entendu, si les assureurs progressent sur ce point, il y a tout de même des limites de revenus à assurer au delà desquelles des formalités complémentaires sont applicables.

Les contrats sans sélection médicale

Pas de formalités médicales du tout ! C'est le pari que peu d'assureurs ont pris. Seulement deux questions : "êtes-vous en activité ?" (c'est à dire pas en arrêt de travail) et "bénéficiez-vous d'une rente ou pension ?". Si vous pouvez répondre favorablement à ces deux questions, vous êtes assuré.

Réagir à cet article

Soyez le premier à réagir !

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.