CFP & Associés

Fermer Mot de passe oublié ?
menu
Utilisation des cookies

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous donnez votre consentement pour leur utilisation.

Assurance chômage des dirigeants : s'assurer quand tout va bien

Publié : Le 3 janvier 2019, par Christophe de Petiville
Image : pixabay.com, CC
Le saviez-vous ? Il est possible, en tant que dirigeant d'entreprise ou mandataire social de s'assurer contre le risque de chômage, bien qu'il soit impossible de dépendre du régime général de l'assurance chômage. Attention toutefois, il faut s'assurer quand tout va bien.

Les risques couverts

Bien que les dirigeants de société et mandataires sociaux n'entrent pas dans le giron de l'assurance chômage des salariés du privé, de par l'absence d'un lien de subordination avec l'entreprise, qui en est une condition si ne qua non, ils ne sont pas moins sujets au risque de chômage. En effet, si la situation économique de l'entreprise peut la conduire à déposer le bilan, à fusionner, à être absorbée par une concurrente, ce n'est pas le seul risque auquel est exposé le dirigeant ou mandataire social, puisque ce dernier peut également être révoqué ou non reconduit dans ses fonctions.

Contre ces risques, il est possible de s'assurer contre la perte de revenus induite. En général, les contrats prévoient une indemnisation à hauteur de 70% des revenus nets, à l'instar de l'assurance chômage du Pôle Emploi, sur une durée allant, selon la formule choisie, de 12 à 24 mois.

La bonne santé de l'entreprise

Pour assurer son dirigeant ou un mandataire social, l'entreprise impérativement doit être en bonne santé financière, dans la mesure où le principe même d'assurance induit un risque aléatoire. Aussi, il est important de souscrire l'assurance lorsque les bilans sont positifs, au risque de se voir refuser l'entrée dans le régime.

Le contexte économique en 2019

Dans le contexte actuel, de nombreux économistes redoutent une crise économique d'une ampleur sans précédent, qui pourrait débuter dès cette fin d'année. Aussi, il convient de s'interroger sur les risques encourus par l'entreprise et sa santé financière actuelle, en vue d'une prise d'assurance dans les meilleurs délais si nécessaire.

Réagir à cet article

Soyez le premier à réagir !

Poster

Recevez nos dernières nouvelles

Ne manquez plus nos dernières nouvelles, inscrivez-vous à notre newsletter.